Description du projet

REVUE SBR Avril 2019

27/1

  • Edito : L’après Daniel, la vie continue par Maxime Rotenberg
  • Cas cliniques : Traitement orthopédique d’une classe III en trois phases | Dr Marc-Gérald Choukroun
  • Paléodont : Le corps embaumé d’un aristocrate britannique | Dr Djillali Hadjouis
  • Vie de la Société : Interview de Danielle Deroze – Retour sur les journées bioprogressives – Save the dates – Programme du congrès de Strasbourg
  • Varia : Ostéopathie et fonction linguale | Dr Frédéric Vanpoulle ATM et gestion du stress | Dr Marc-Gérald Choukroun et Dr Wacyl Mesnay – partie 2 Conférence plénière en éducation fonctionnelle 2018
  • Nouveautés techniques : Autour du Cone Beam | Dr Paul Azoulay
  • La vie au cabinet :Réussir le premier jour de sa nouvelle recrue | Dr Frank Pourrat
  • Psychologie médicale : La dysmorphophobie | Dr Marc-Gérald Choukroun
  • Evidence based : L’orthodontie fondée sur les preuves | Dr Martial Ruiz
    - * Mémoire d’étudiant : Qu’est-ce qu’un beau sourire ? | Dr Paul Cappaï
  • Lu pour vous | Dr Philippe Amat

#5Cas cliniques : Traitement orthopédique d’une classe III en trois phases
| Dr Marc-Gérald Choukroun L’auteur présente le cas de prise en charge
précoce d’une petite patiente de 4 ans. Il appliquent les principes de base de la bioprogressive : déverrouillage anatomique et fonctionnel.

Paléodont : Le corps embaumé d’un aristocrate britannique | Dr Djillali Hadjouis
_Depuis quarante ans, le service archéologie du Val-de-Marne mène des fouilles. Il a découvert plus de trois mille squelettes, datant du néolithique ancien au xixe siècle. Le plus grand nombre d’entre eux provient des fouilles de nécropoles médiévales et modernes. L’une de ces découvertes se démarque nettement des autres sépultures, compte tenu de son caractère spectaculaire et de son statut inédit. Il s’agit d’un sarcophage trouvé, fortuitement, en octobre 1986, dans les sous-sols du conservatoire de musique de la ville de Saint-Maurice. En effet, le sarcophage anthropomorphe en plomb qui venait d’être découvert contenait une épitaphe inscrite sur une plaque en alliage cuivreux, dont le texte en latin livrait la brève histoire d’un noble anglais d’origine londonienne : Thomas Craven (fig. 1). Son identité, sa date de décès et le lignage aristocratique de sa famille lui confèrent un statut unique en Île-de-France, si l’on excepte les rois de France inhumés dans la basilique Saint-Denis.

Varia : Ostéopathie et fonction linguale | Dr Frédéric Vanpoull

Depuis de nombreuses années, les orthodontistes prennent en compte l’éducation fonctionnelle dans le traitement de leurs patients. L’apport bénéfique de cette prise en charge fonctionnelle dans le traitement des syndromes d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) fait que de nombreuses spécialités médicales s’intéressent également à ce sujet, ce qui nous impose une évolution indispensable. En effet, les rééducateurs avaient une vision centrée sur les fonctions linguo-labiales, qui doit évoluer vers une maîtrise basi-linguale, zone clé de stabilisation fonctionnelle. C’est un changement fondamental, car nous éduquons nos patients debout ou assis par des actes conscients diurnes alors que le rôle néfaste des dysfonctions est avant tout nocturne, réflexe et sous-cortical. Alors, comment réussir à maîtriser les fonctions linguales et à les automatiser ?

Varia : ATM et gestion du stress | Dr Marc-Gérald Choukroun et Dr Wacyl Mesnay

Les troubles temporo-mandibulaires (TTM) sont d’origine multifactorielle. Initialement, il s’agit d’un dépassement de la tolérance tissulaire ou de sa capacité d’adaptation.
Tous les experts en ce domaine ont l’expérience d’un lien avec un état de stress, particulièrement chez les patients dits « chroniques ». Les études cliniques et
fondamentales confirment ce lien entre les modifications physiologiques dues au stress et la majoration des symptômes, jusqu’à la chronicisation.
Après avoir rappelé les fondamentaux de la théorie du stress de Selye, les auteurs proposent deux techniques :
> une méthode « généraliste » basée sur des informations et des conseils ;
> une méthode « experte » inspirée de l’hypnose médicale, facile à appliquer en situation clinique. Le but physiologique est d’activer une aire corticale susceptible de jouer un rôle thérapeutique dans les émotions, le cortex cingulaire, situé entre les deux hémisphères.

Nouveautés techniques : Autour du Cone Beam | Dr Paul Azoulay

Une technique d’imagerie qui permet l’acquisition numérisée des structures osseuses et la réalisation de coupes dans les trois dimensions.

La vie au cabinet : :Réussir le premier jour de sa nouvelle recrue | Dr Frank Pourrat

Une technique d’imagerie qui permet l’acquisition numérisée des structures osseuses et la réalisation de coupes dans les trois dimensions.

Psychologie médicale : Psychologie médicale : La dysmorphophobie | Dr Marc-Gérald Choukroun

La dysmorphobie est une maladie psychique grave qui ne se résout pas par la correction physique que réclame le malade. La dysmorphophobie pose un problème de repérage dans la nomenclature : ce n’est pas une phobie. Son terme exact, dans le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (en anglais Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, DSM), est « la peur d’une dysmorphie corporelle ». Le docteur Jean-David Nasio, psychiatre et psychanalyste, nous apporte un éclairage intéressant. Par ailleurs, l’orthodontiste et le chirurgien de maxillo-faciale sont confrontés régulièrement à cette problématique (5 à 10 % des cas selon Mathieu Touchard). Nous devons proposer une attitude clinique qui peut soutenir patient et praticien.

Evidence based : L’orthodontie fondée sur les preuves | Dr Martial Ruiz

Des outils sont à notre disposition pour mesurer l’impact clinique d’une différence significative mise en évidence dans une étude : les tailles d’effet.

Mémoire d’étudiant : Qu’est-ce qu’un beau sourire ? | Dr Paul Cappaï

Le sourire est un outil indéniable de communication des émotions à autrui. Il constitue avec le regard la vitrine de notre personnalité. Les critères esthétiques actuels dictés par les médias, l’univers de la publicité et de la mode et, plus récemment, les réseaux sociaux et les blogs internet, mettent en valeur les sourires pleins, aux dents bien alignées et bien blanches. Le sourire apparaît comme un indiscutable facteur de beauté.

Télécharger l’article